Aquarelle, fusain, huile ou gravure ?

Le mot aquarelle apparaît dans le vocabulaire français à la toute fin du 18ème siècle. Il provient du mot italien acquarello qui signifie «couleur détrempé».

À la base, il est formé du mot latin acqua qui signifie eau. L’aquarelle est un mélange de pigments broyés et d’eau. Utilisée pour la première fois par nos ancêtres préhistoriques sur les murs de leurs grottes, on l’a également retrouvé sur certains murs de temples égyptiens. Ce n’est toutefois qu’à la Renaissance que les artistes exploitent tout le potentiel de l’aquarelle alors qu’ils l’utilisent pour leurs croquis et études. Malgré cela, ce n’est qu’au 18ème siècle, qu’apparaissent les premières œuvres complètes réalisées à l’aide de ce médium. Les artistes anglais du 19ème siècle utiliseront à profusion cette technique pour le rendu exceptionnel qu’elle apporte. Aujourd’hui, elle est largement utilisée tant pour les croquis que sous forme d’œuvre finale.

 

Comment la reconnaître…

On reconnaît une œuvre réalisée à l’aquarelle par la transparence et la légèreté qu’elle présente. En effet, aucune épaisseur de la matière ne peut être observée. L’artiste joue avec la quantité de pigments et d’eau afin d’obtenir une couleur plus ou moins riche. C’est cette transparence qui distingue l’aquarelle de la gouache, cette dernière étant beaucoup plus opaque. Une des caractéristiques de cette technique est qu’elle oblige l’artiste à appliquer les couleurs de la plus claire à la plus foncée ce qui est observable à l’œil nu. L’œuvre est généralement réalisée sur un support de papier ou de carton qui peut imbiber l’eau plus facilement.

 

…et qu’en dit le marché de l’art ?

Même si aujourd’hui, plusieurs artistes utilisent ce médium comme leur principale technique, l’aquarelle demeure reléguée dans l’ombre de la peinture à l’huile. Pour en découvrir la cause, il faut remonter dans le temps. En effet, étant moins coûteuse et moins encombrante que l’huile, l’aquarelle était utilisée principalement pour réaliser des études et des croquis. Malgré plusieurs tentatives pour élever l’aquarelle dans les rangs des médiums «nobles», elle demeure boudée par plusieurs collectionneurs et plus largement par le marché de l’art. Certains n’y voyant qu’une œuvre «mineure». Si l’on compare deux œuvres du même artiste, de la même taille représentant exactement le même sujet créé à la même période mais dont l’une est réalisée à l’huile et l’autre à l’aquarelle, il est évident que les prix différeront. Bien que cette réalité demeure, heureusement des exceptions existent et le prix de certains aquarellistes exceptionnels tend à monter…